Bilan à ce jour

Performances dans les émissions de gaz carbonique entre 2002 et 2011

Comme pour d'autres aspects de son impact environnemental, lorsque SKF agit pour diminuer les émissions totales de gaz carbonique, elle le fait suivant le principe qui consiste à « balayer devant sa porte ».

Le fait que SKF soit propriétaire et gère directement ses installations signifie que la société en a l'entière responsabilité mais également qu'elle a toute latitude pour réduire les émissions de gaz carbonique associées à une consommation directe de l'énergie En 2002, le Groupe a donc mis en pace des systèmes de rapports sur l'énergie et le gaz carbonique pour ses propres installations et défini des objectifs précis pour réduire ces émissions d'ici à 2007.

Ces premiers objectifs ayant déjà été atteints en 2005, une stratégie et des objectifs plus vastes et plus agressifs ont été définis pour 2006, nécessitant une réduction absolue dans les émissions de gaz carbonique provenant d'une utilisation directe de l'énergie dans les installations SKF de 5 % par an, sans tenir compte de l'évolution du volume.

Ce nouvel objectif a été atteint tous les ans, grâce à une stratégie basée sur la réduction de la consommation énergétique dans les usines et de gaz carbonique dans l'énergie utilisée.


Les résultats de ces efforts concertés dans toutes les installations de SKF en termes de rendement énergétique peuvent être constatés sur le graphique ci-dessous.

Les besoins en énergie annuels absolus du Groupe ont diminué de plus de 10 % entre 2002 et 2011 alors que l'activité de SKF (chiffre d'affaires net) augmentait d'environ 54 %.





Malgré des performances impressionnantes en termes de rendement énergétique, l'engagement SKF d'atteindre des réductions totales dans les émissions de gaz carbonique, provenant de l'énergie consommée dans les usines, est devenu un vrai challenge.

Malgré un approvisionnement en énergie verte et à faible teneur en carbone en augmentation sur les marchés où celle-ci est disponible, la rapide expansion interne de la capacité de production de SKF, dans des pays où l'énergie verte n'est pas immédiatement disponible et où une grande partie de l'électricité est produite par le charbon, a modéré les économies d'énergie et de gaz carbonique.

Compte tenu de ces challenges et pour pouvoir tenir l'engagement du Groupe en réductions totales de gaz carbonique, SKF a dû acheter des certificats de réduction d'émissions vérifiées (VER - Verified Emission Reduction) en 2010 et en 2011.


L'impact de ces achats est illustré sur le graphique ci-dessous.

En tenant compte de l'achat de ces VER, les émissions totales de 2011 ont été de 424 000 tonnes, soit une réduction de 6 % par rapport à 2010, ce qui signifie que l'objectif du Groupe d'une réduction absolue de 5 % a été atteint.

À propos des certificats acquis en 2011

Les certificats de réduction d'émissions vérifiées (VER) achetés par SKF en 2011 ont été émis en fonction de la norme de Compensation Volontaire des émissions de Carbone (VCS - Voluntary Carbon Standard). Pour la période 2011, ces certificats VER ont été émis grâce au projet d'éoliennes à Changtu, dans la province de Liaoning, en Chine (province dans laquelle SKF a plusieurs sites de production importants). Ce projet utilise l'énergie éolienne pour produire de l'électricité propre pour le réseau public de la Chine Nord-Est. Cinquante-huit éoliennes ont été construites avec une capacité totale installée de 49,3 MW.

Dans l'ensemble, le projet d'éoliennes de Changtu produit environ 101 420 MWh d'électricité par an, pour un total estimé de réductions d'émissions de 115 689 tonnes par an (SKF en a acheté 80 000 tonnes) et a également permis de favoriser l'emploi localement.

Changement climatique

SKF logo