Dossier Power the Future : La consumérisation de l’informatique dans le secteur industriel

2015 février 04, 08:55 CEST

Les smartphones et autres tablettes connaissent un véritable succès auprès des consommateurs. La portabilité et la puissance des appareils mobiles permettent de rendre le secteur industriel plus « intelligent », et ce n’est que le début, affirme Christoffer Malm, responsable de la "Connectivity Room" chez SKF.

Les appareils mobiles, tels que les iPhone et les tablettes, ont provoqué une révolution parmi les consommateurs. Il semblerait que quasiment chaque foyer en soit équipé. Les smartphones remplacent désormais les chaînes hi-fi et les GPS, alors que les tablettes sont utilisées en tant que consoles de jeux et téléviseurs portables. Dans les entreprises aussi, les tablettes sont de plus en plus préférées aux ordinateurs portables, notamment pour faciliter les échanges pendant les négociations commerciales.

Ces appareils mobiles sont d’ores et déjà utilisés dans les secteurs manufacturiers et industriels, y compris les usines. Les fabricants exploitent la connectivité, la portabilité et la puissance informatique de ces nouveaux outils pour rendre le monde industriel plus « intelligent » et créer leur propre révolution.

SKF est bien sûr au premier plan de cette évolution. Nous avons développé une infrastructure qui permettra aux utilisateurs industriels, cadres comme techniciens, d’intégrer l’utilisation d’appareils mobiles dans leur quotidien professionnel. Qu’il s’agisse de maintenance portable, de formation ou simplement pour bannir le papier, les appareils mobiles aident les entreprises industrielles à stimuler leur productivité.

Les gains potentiels sont énormes. Nous avons, par exemple, constaté un gain de productivité de 12 % auprès des ingénieurs équipés de tablettes. Elles leur permettent de travailler de manière plus efficace, tout en accédant et en traitant davantage d’informations.

Quelques exemples concrets

L'App Store d'Apple propose déjà plus de 30 applications développées par SKF. Elles ont été gérées par l’équipe en charge du développement numérique, la « Connectivity Room ». Là, nos ingénieurs intègrent leurs connaissances et leurs expériences dans des applications qui peuvent aider à la fois nos collaborateurs et nos clients. Ces applications ont été développées à partir de nos connaissances pour être ensuite traduites sous forme de logiciel, avec une analytique rigoureuse et des algorithmes informatiques puissants pour traiter les données. Ces appareils mobiles sont le point d’entrée à ces connaissances.

Par exemple, l'un de nos principaux clients aux États-Unis répare de grands équipements industriels comprenant souvent plusieurs milliers de composants. La législation exige de documenter chaque étape du processus. Jusqu’à présent, nous gardions une trace écrite en cas de réclamation du client. Aujourd'hui, nous avons développé un système de collecte des données accessible via une application sur smartphone ou tablette. Les archives papier peuvent ainsi être remplacées par une base de données que le client peut immédiatement consulter et analyser.

Cependant, les informations sur les composants sont toujours saisies manuellement car elles proviennent de différents fournisseurs. Certains composants reçoivent un identifiant unique, mais beaucoup d'autres, non. Car il est trop tôt pour ce type de système. À l’avenir, en fonction d’une application donnée, les pièces pourraient afficher un code-barres ou émettre un signal unique, afin d’éliminer la saisie manuelle. En enregistrant la position d’un technicien dans l’atelier, le type de procédure de maintenance et l’heure de son exécution, l’appareil mobile pourra créer automatiquement un journal d’historisation pour chaque pièce.

Nous avons aussi développé plusieurs applications qui transforment les smartphones et tablettes en instruments de mesure. Elles sont actuellement à l’essai dans l’une de nos usines de Göteborg pour nous aider à gérer rapidement les opérations de maintenance. Avec l’aide d’un système de positionnement interne (similaire à un GPS), l’application identifie la position de l’opérateur de maintenance dans l’usine. Dès qu’une machine présente une défaillance, une alerte est envoyée, de préférence à la personne la plus proche pour une gestion rapide et efficace.

D’autres applications guident les opérateurs de maintenance grâce à des procédures de surveillance. Les capteurs sont souvent connectés à des appareils mobiles pour les transformer, par exemple, en instruments d’analyse vibratoire ou de mesure de la température. Nos ingénieurs sont allés encore plus loin en développant une application qui indique à l’opérateur où placer le capteur afin d’obtenir la meilleure lecture et des résultats optimisés.

De la même façon, un système, appelé AliSensor ShaftLaser, rationalise le processus d'alignement. En général pour l’alignement, par exemple d’un moteur électrique avec une pompe ou un ventilateur, les techniciens utilisent de nombreux équipements très lourds. Désormais, grâce aux appareils mobiles et à la réduction de l’encombrement des capteurs, l’équipement est beaucoup plus léger. À travers une assistance guidée, la visualisation et les instructions fournies par l’application, la formation est plus facile, tout comme la compréhension des étapes et des délais de réalisation. 

AliSensor ShaftLaser n'a pas été développé par SKF mais par GLOi, un spécialiste suédois des technologies d'alignement acquis en septembre 2014. GLOi a développé la solution intégrée d’alignement d’arbre, basée sur le système d’exploitation iOS utilisé par les iPad et iPhone. En termes de stratégie commerciale, cette acquisition illustre notre engagement fort dans ce type de technologie.

Avantage à la mobilité

Nous avons consacré plus d’un an au développement de l’outil Mobile Operator Support Tool (MOST), qui permet de visualiser la ligne de production de l’usine et qui se connecte aux données des machines en temps réel. MOST transforme le mode d’interaction des opérateurs avec les machines en leur fournissant les bonnes informations, au bon moment et au bon endroit, grâce à un appareil mobile sur mesure comme une tablette ou un smartphone.

La diffusion de ces informations cruciales, en temps et en heure, présente de nombreux avantages. Les opérateurs ont ainsi la possibilité d’optimiser la capacité de production des machines, de diagnostiquer le problème et de prendre les décisions permettant de le résoudre. Ils sont informés en temps réel, par exemple, des données du processus de production, de la consommation énergétique et de la variabilité des produits, et peuvent agir en conséquence.

De façon générale, MOST permet aux opérateurs de faire face à des problèmes quotidiens, pour une plus grande satisfaction professionnelle et une responsabilisation accrue.

Le principal objectif de MOST consiste à faciliter la mise en œuvre d’une solution adaptée. Outre la diffusion directe des données du processus aux opérateurs, l’outil inclura différentes instructions : comment réinitialiser les machines et les équipements, les procédures de maintenance préventive, etc. L’opérateur les aura désormais à portée de main.

Même si c’est un autre collaborateur qui a les informations en tête, celles-ci restent accessibles facilement. En effet, MOST est un outil de communication qui permet aux opérateurs et aux managers d’échanger des messages. Cette fonctionnalité s'est révélée extrêmement efficace durant les essais effectués dans l'usine de Göteborg.

D’un point de vue purement commercial, cette connectivité grâce aux smartphones et aux tablettes, facilite les échanges et permet un gain de temps considérable. Nous avons déjà distribué plus de 3 500 tablettes à nos collaborateurs et à nos clients : chaque utilisateur estime ainsi avoir économisé, grâce à ces nouveaux outils,12 % environ par semaine, sur son temps de travail.

La capacité à simplifier les données des appareils mobiles, grâce à une visualisation claire, est l’un des principaux atouts. Cette fonctionnalité permet une compréhension instantanée d’un ensemble de données. Elle peut aussi être utilisée pour donner des instructions simples afin de guider les opérateurs dans la gestion de leurs activités de maintenance spécifiques. Elle est déjà intégrée dans plusieurs applications de SKF (par exemple, AliSensor ShaftLaser pour l’alignement d’arbre).

MOST peut aussi identifier la présence de personnes dans l'usine. Le département de traitement thermique de notre usine de Göteborg s’étend sur une surface de 8 500 m2, couverte par seulement quelques techniciens de maintenance. Outre l’identification de l’opérateur le plus proche d’une machine donnée, l’appareil mobile peut aussi agir en tant qu’alarme de sécurité. Si une alerte de type « Où êtes-vous ? » ne reçoit pas de réponse, les opérateurs peuvent être rapidement localisés, en cas de malaise par exemple.

Aussi simple que ça ? 

Les avantages de l’utilisation des appareils mobiles dans le secteur industriel sont évidents, mais une certaine prudence est de mise. Comme pour toutes les nouvelles technologies, il faudra surmonter certains obstacles avant d’arriver à une acceptation totale de ces nouveaux outils car il y a encore des problèmes à régler, et des esprits à faire évoluer.

Enormément de données circulent entre ces appareils, par WiFi ou 3G et cette connectivité soulève de grandes inquiétudes quant à la sécurité. La multiplication des services de Cloud à l’extérieur du pare-feu introduit une faille potentielle et les entreprises tiennent à s’assurer que la sécurité de leurs données internes n’est pas compromise.

Ces services sont accessibles par de nombreux moyens, notamment http, https. Le mot de passe est incontournable, mais pour rendre ces services utilisables, un équilibre doit être trouvé entre une sécurité stricte et un accès instantané. Si c’est une forteresse, personne ne l’utilisera ; à l’inverse, une simple protection par mot de passe pourrait mettre vos données en danger. Il convient de trouver le bon équilibre entre les deux extrêmes.

Quelle que soit la technologie utilisée dans une entreprise ou par des clients, elle ne peut pas, en soi, changer fondamentalement le mode de travail ni améliorer le cadre des utilisateurs. Les nouvelles technologies sont adaptées aux besoins des collaborateurs et des processus en place. Afin de créer de la valeur, de repenser un mode de travail ou un processus spécifique, pour garantir une réelle efficacité, il est indispensable de disposer d’une vision claire du rôle à jouer par l’appareil mobile. L’intégration et la visualisation des informations sur ces appareils s’imposent alors comme une vraie innovation. Cette évolution exige une réflexion approfondie, une persévérance à toute épreuve et une énergie intarissable.

Il faut aussi prendre en compte les personnes impliquées dans le processus en question, qui sont donc les utilisateurs potentiels de l’appareil mobile. De quelle façon la technologie mobile les touche-t-elle ? De quelle façon modifie-t-elle leur routine et leurs activités ? Quel est leur niveau d'expérience quant à l'utilisation d'appareils mobiles ? De telles questions doivent être prises en compte afin de faciliter l’adoption de toutes les nouvelles technologies et d’anticiper toute résistance potentielle en proposant des réponses proactives. Dans certains cas, ces problèmes doivent être traités à un certain niveau de la hiérarchie. En effet, la culture de l’entreprise, ses valeurs et son attitude générale envers les nouvelles technologies, portées par la direction, ont aussi un impact considérable sur la façon dont la technologie est utilisée et, par conséquent, sur les avantages qu’elle peut apporter.

Excès d'informations ?

La clé des systèmes tels que MOST réside dans leur interprétation des données. La création d'informations est une chose, leur gestion en est une autre. Afin d’exploiter cette quantité de nouvelles données, celles-ci doivent être filtrées et présentées clairement. Un équipement de première qualité, des appareils mobiles et des applications centralisent et collectent les informations, présentées ensuite sous la forme de tableaux de bord. Cependant, la priorité doit toujours être donnée au maintien et à la garantie de la qualité des données, et à l’analyse permettant de les interpréter.

Il nous faut simplifier la visualisation des données pour que les informations complexes puissent être instantanément comprises, et les actions prises, par les techniciens et les opérateurs de maintenance. L'interface doit être simple, avec une puissante capacité d'analyse des données.

La gestion de cette surcharge de données est fondamentale. Dans les trois ans à venir, nous devrons tenir compte de la gestion des points d’accès sans fil, selon la terminologie utilisée par le secteur informatique, en créant une interface qui intègre les différents flux de données.

L'objectif est simple : il s'agit de présenter les informations de façon claire et en temps réel pour permettre aux destinataires de réagir rapidement.

Chez SKF, nous avons déjà fait nos premiers pas sur le chemin de la mobilité. L’évolution des technologies est tellement rapide, qu’il ne fait aucun doute que les choses changeront encore énormément dans un futur proche.

Les appareils mobiles s’imposeront comme l’outil de communication incontournable. Aujourd’hui, les appareils utilisés sont ceux proposés au grand public, par exemple les iPhone et iPad, complétés de boîtiers conformes à la norme IP68. À l’avenir, des appareils parfaitement adaptés seront disponibles, plus fins, plus robustes et intégrant de nouvelles fonctionnalités. .

Les appareils mobiles ont déjà fait leurs preuves sur le marché exigeant de la grande consommation. Les appareils mobiles ont déjà fait leurs preuves sur le marché exigeant de la grande consommation. Si le secteur industriel adoptait ces technologies avec le même enthousiasme, imaginez les retombées possibles en termes de productivité…

SKF logo