Maîtrise des pertes de production

  • Article

    2016 mai 05, 14:00 CEST

    Face à la baisse des prix du pétrole et à la hausse des coûts d'exploitation, l'industrie pétrolière et gazière extracôtière cherche à améliorer rapidement la productivité. Des pratiques de maintenance plus astucieuses représentent un élément clé de la solution, selon Mark Dunn, responsable Reliability Engineering chez SKF.

    Göteborg, Suède, le 5 mai 2016 : L'industrie pétrolière et gazière s'efforce de s'adapter à un nouvel environnement économique. Les prix restent très instables, mais la combinaison d'une offre forte et d'une croissance ralentie de la demande empêche un retour rapide à des prix élevés.

    En raison de ces conditions difficiles, les producteurs offshore sont soumis à une extraordinaire pression pour réduire les coûts. Dans un secteur où la tendance des coûts à long terme est à la hausse, il est nécessaire de modifier en profondeur les pratiques opérationnelles pour retourner la situation. Bon nombre d'entreprises reconnaissent la nécessité d'innover et investissent dans des solutions à long terme.

    Certains facteurs de baisse de la productivité sont inévitables, notamment les réglementations plus strictes en matière de santé, de sécurité et d'environnement et les conditions techniques plus difficiles, mais les opérateurs peuvent améliorer une multitude d'éléments, en optimisant la planification du travail ou en introduisant des pratiques opérationnelles simplifiées de façon à ce que le personnel consacre davantage de temps aux activités qui apportent une valeur ajoutée.

    L'importance de la maintenance

    À mesure que les équipements de production en mer vieillissent, la rationalisation des activités de maintenance et de réparation devient un axe prioritaire pour les opérateurs cherchant à augmenter leur efficacité. La maintenance et la fiabilité sont essentielles à la productivité en mer, car l'arrêt des plates-formes à des fins d'entretien ou de réparation imprévue représente souvent la première source combinée de pertes de production.

    Les tentatives de réduction des pertes liées à la fiabilité peuvent toutefois placer les opérateurs dans une double impasse. S'ils n'entretiennent pas correctement les équipements, ils risquent des interruptions imprévues coûteuses et potentiellement dangereuses. Si les activités d'inspection ou de remplacement sont programmées trop souvent, elles entraînent des pertes spécifiques : hausse des coûts de main-d'œuvre, allongement du temps requis pour les opérations de maintenance et augmentation du risque qu'une intervention de maintenance génère accidentellement de nouveaux problèmes. De plus, un certain nombre de défaillances en service sont par nature aléatoires. En effet, les équipements peuvent aussi bien tomber prématurément en panne que fonctionner sans problème pendant très longtemps. C'est ce qui rend difficile la planification d'interventions opportunes.

    Conditions de changement

    Il est possible de résoudre la problématique de la maintenance en adoptant une approche conditionnelle. Grâce aux progrès de la technologie en matière de capteur et d'analyse des données qui rendent la surveillance de l'état des équipements en service plus fiable et plus abordable, il n'est pas surprenant que cette approche gagne rapidement du terrain et devienne l'approche préférée pour augmenter la fiabilité des équipements en mer.

    En général, plus l'équipement de maintenance conditionnelle utilisé est sensible et sophistiqué, plus il est possible d'anticiper les défaillances potentielles. Évidemment, la sophistication a un coût élevé, à la fois en termes de coût de capital des capteurs et équipements d'analyse et des efforts nécessaires pour configurer, mettre en route et utiliser ces équipements sur le terrain. Pour atteindre leur objectif de fiabilité accrue à moindre coût global, les opérateurs offshore doivent donc élaborer une stratégie adaptée aux différents équipements, en fonction de la criticité de chaque équipement et des stratégies de surveillance disponibles.

    Entretien de base des équipements

    Les stratégies conditionnelles les plus simples utilisent des appareils de mesure portatifs pour enregistrer les caractéristiques des équipements et vérifier la présence de changements au fil du temps pouvant indiquer une défaillance potentielle. Par exemple, l'analyseur SKF Microlog CMXA 51-IS à sécurité intrinsèque est un instrument robuste et portable, qui permet de recueillir les données dynamiques de vibration et de processus dans les environnements dangereux. L'appareil peut être connecté à divers capteurs, notamment des accéléromètres, des capteurs de vitesse, des sondes de déplacement et des capteurs de température infrarouge. Il fournit des mesures globales et, au besoin, une analyse du spectre FFT pour permettre à l'utilisateur de détecter des problèmes tels qu'un balourd, un défaut d'alignement ou des soucis liés aux roulements. Il est également possible de transférer les données sur un ordinateur pour suivre les tendances et effectuer des analyses plus approfondies.

    Meilleur entretien des équipements

    À mesure que les équipements deviennent plus critiques, il devient plus important d'identifier au plus tôt les problèmes potentiels pour que l'opérateur puisse planifier une intervention appropriée et pour que le personnel, les outils et les équipements requis soient réunis sur site afin de réduire le temps d'arrêt ou les interférences avec d'autres opérations.

    Les opérateurs travaillant tout près des équipements, ils sont généralement les premiers à détecter les changements les plus minimes dans les conditions du processus et l'état des machines : résultats anormaux, bruits bizarres, chaleur et vibrations excessives, fuites ou chutes de pression. Le programme de fiabilité pilotée par l’opérateur (ODR) de SKF facilite la collecte et l'analyse de cette source de données précieuse pour agir en conséquence. Par exemple, les opérateurs peuvent utiliser des appareils portatifs pour collecter des données exactes et traçables. Si des conditions anormales sont détectées, l'opérateur est immédiatement invité à entreprendre des actions correctives ou à lancer des requêtes de notification de travail sur le système de gestion de la maintenance assistée par ordinateur (CMMS).

    Le programme ODR permet aux opérateurs en première ligne de jouer un rôle proactif dans la communication des résultats et dans la conduite rapide d'actions correctives. Les équipes d'exploitation intègrent ainsi la stratégie de gestion des équipements basée sur la fiabilité, ce qui réduit les arrêts imprévus tout en augmentant la productivité et la disponibilité.

    Surveillance d'équipements critiques

    Pour les équipements plus grands et plus critiques dans lesquels les implications sécuritaires, les interruptions de production, l'accès difficile ou dangereux et le coût des défaillances sont des aspects importants, un système de surveillance permanente en ligne se révèle plus adapté et plus fiable que les appareils de collecte de données portatifs. Dans certains cas, les systèmes permanents en ligne viennent compléter l'utilisation de collecteurs de données portatifs ou périodiques, facilitant une approche plus globale de la fiabilité et de la productivité, avec une surveillance 24 heures sur 24 des machines.

    Les données sont recueillies et transmises via des capteurs installés en permanence, qui peuvent être branchés à des boîtiers de raccordement ou, comme c'est de plus en plus souvent le cas, connectés sans fil. Le capteur d'état de machine sans fil SKF, par exemple, qui est un appareil homologué ATEX, combine des capteurs de vibration et de température, un enregistreur de données et une radio en une unité compacte que vous pouvez installer de façon simple et rapide sur de nombreux types d'équipements rotatifs. Le capteur collecte et transmet des données sur les niveaux globaux de vibration et les accélérations transitoires pouvant indiquer des problèmes au niveau des roulements et d'autres pannes courantes. L'appareil utilise le protocole de communication WirelessHART pour procurer un moyen simple, fiable et sécurisé de maintenance conditionnelle avancée dans les zones où il est difficile d'installer des liaisons de communication filaires. Pour surmonter les obstacles de communication sans fils, les capteurs peuvent être configurés pour fonctionner en tant que nœuds routeur, ce qui leur permet de relayer les données issues d'autres capteurs.

    Quel que soit le type de capteur utilisé, les données sont normalement acheminées vers un système informatique central qui exécute un outil avancé de gestion et d'analyse des données tel que SKF @ptitude Monitoring Suite. Les derniers outils de maintenance conditionnelle, tels que le système en ligne SKF Multilog IMx-M, peuvent être configurés pour fournir des fonctions indépendantes de protection et de surveillance des machines et peuvent même fournir des conseils automatisés pour la correction d'états existants ou imminents risquant d'affecter la fiabilité, la disponibilité et les performances des machines.

    Exemple concret :

    Les opérateurs ayant investi dans des stratégies de maintenance conditionnelle avancées ont pu réaliser d'importantes économies de coûts tout en améliorant largement la fiabilité. Lorsqu'une importante compagnie pétrolière a installé la technologie sur plusieurs machines installées dans sa flotte de navires de service offshore, par exemple, elle a pu réduire de 20 % le nombre de machines nécessitant une attention sur une période de trois ans. La compagnie estime que cette approche lui permet de réaliser près de 1,2 million de dollars d'économies annuelles.

    Aktiebolaget SKF
    (publ)

    Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
    Relations Presse : Nia Kihlström, +46 31-337 2897 ; +46 706 67 28 97 ; nia.kihlstrom@skf.com

    SKF est le premier fournisseur mondial de roulements, de joints et de systèmes de lubrification et de mécatronique, ainsi que de services qui incluent l'assistance technique, l’entretien et la fiabilité, le conseil technique et la formation. SKF est représenté dans plus de 130 pays et compte environ 17 000 distributeurs dans le monde entier. Les ventes annuelles, pour l'année 2015, s'élevaient à 75 997 millions de couronnes suédoises. Le nombre de collaborateurs était de 46 635.www.skf.com

    ® SKF est une marque déposée du Groupe SKF.

  • Image

Télécharger le dossier de presse

Dossier de presse (14.3 MB)

SKF logo