Daniel Wäppling

Daniel Wäppling pour la robotique intelligente dans la production

Daniel Wäppling est actuellement responsable de l'architecture produits chez ABB Robotics. Cet ingénieur mécanicien a occupé de nombreux postes, que ce soit celui de responsable international en R&D ou bien de scientifique chez ABB. Daniel Wäppling siège au conseil consultatif du Centre for Autonomous Systems (Centre pour les systèmes autonomes) de l'institut royal de technologie suédois KTH et au conseil d'administration d'une organisation européenne à but non lucratif consacrée à la robotique.

Il vit à Västerås, en Suède avec sa femme et ses deux enfants.


Selon Daniel :


« L'investissement en R&D consacré à la technologie robotique est en forte hausse. Il est dopé par l'industrie automobile, les sociétés spécialisées dans l'informatique et le financement public.

Une tendance est en train de se développer autour des robots collaboratifs. Les gens veulent des robots qui travaillent aux côtés des humains, pour pouvoir profiter à la fois des fonctions cognitives des humains et faire faire aux robots un certain nombre de tâches, comme soulever de lourdes charges, etc., qu'il est préférable d'épargner aux humains. Les tâches sales, ennuyeuses et dangereuses (3D), en somme.

Chez ABB, nous bénéficions d'un service à distance où 5 000 de nos robots sont connectés sans fil au cloud et d'un centre qui analyse les données transmises par ces robots. Grâce à ce système, les arrêts imprévus d'une chaîne de production où des robots sont présents peuvent être réduits de 50 %. Voilà juste un exemple de la manière dont la connectivité et l'analyse de données peuvent créer de la valeur ajoutée.

La productivité est le maître mot pour nos clients. La fiabilité des produits a augmenté de manière significative. Si vous observez le même produit sur trois générations, vous constatez que l'intervalle moyen entre les défaillances est 10 fois plus important. Pour résumer, le produit doit simplement être robuste et durer.

Mon point de vue est qu'il n'y a pas d'insécurité juridique. On ne peut pas tenir la machine pour responsable. Seul celui qui conçoit, qui met en service ou qui exploite la machine est responsable de celle-ci. »


Regardez la vidéo sur la page principale de Let’s Talk La robotique intelligente dans laquelle Daniel Wäppling intervient.

SKF logo