Choix du type de joint

Les joints des montages de roulements doivent garantir un niveau de frottement et d'usure minimum, tout en assurant une protection maximale dans les conditions les plus rudes. Comme les performances et la durée de service d'un roulement sont étroitement liées à l'efficacité des joints, l'influence des contaminants sur la durée du roulement constitue un facteur de conception essentiel. Pour plus d'informations sur l'influence de la contamination sur les performances d'un roulement, veuillez vous reporter à la section Choix de la taille des roulements.
De nombreux facteurs doivent être pris en compte pour choisir le type de joint le mieux adapté à un montage de roulements particulier
  • le type de lubrification : huile ou graisse
  • la vitesse périphérique sur la surface d'étanchéité
  • l'agencement de l'arbre : horizontal ou vertical
  • défaut d'alignement possible de l'arbre
  • espace disponible
  • frottement du joint et l'augmentation de température en découlant
  • influences environnementales
  • coût justifiable
Le choix du bon joint est crucial pour optimiser les performances d'un roulement. Il est donc nécessaire de spécifier avec précision les exigences d'étanchéité et de définir précisément les conditions externes.
Pour plus d'informations sur les joints, voir le catalogue Joints d'étanchéité industriels pour arbres et le site Internet Solutions d'étanchéité SKF.
Si vous disposez de peu ou d'aucune expérience pour une application donnée, SKF, aussi l'un des plus grands fabricants de systèmes d'étanchéité au monde, peut vous aider lors du processus de sélection ou vous proposer des joints adaptés.
Deux types de dispositifs d'étanchéité externes sont normalement utilisés avec les roulements : les joints avec et sans frottement. Le choix du type de joint dépend des besoins de l'application.

Joints sans frottement

L'efficacité d'un joint sans frottement externe dépend en principe de l'effet d'étanchéité de l'espace étroit entre les composants tournants et les composants fixes. L'espace peut se situer sur le plan radial, axial ou les deux (fig. 1). Ces joints peuvent simplement être des joints à passage étroit ou des joints plus complexes à chicane. Dans les deux cas, comme il n'y a pas de contact, ces joints n'engendrent pratiquement aucun frottement et ne s'usent pas. Ils ne sont généralement pas facilement endommagés par les contaminants solides et conviennent particulièrement pour les températures et les vitesses élevées. Pour améliorer leur efficacité d'étanchéité, de la graisse peut être introduite dans les espaces formés par la chicane.

Joints à frottement

L'efficacité d'un joint à frottement dépend de la capacité du joint à exercer une pression minimum sur sa face d'appui avec une lèvre d'étanchéité ou une surface relativement étroite. Cette pression (fig. 2) peut être produite par
  • la déformation élastique du joint en raison des propriétés du matériau du joint (a)
  • l'interférence conçue entre le joint et sa face d'appui (b)
  • une force tangentielle exercée par un ressort de retenue intégré dans le joint (c)
Les joints à frottement sont généralement très fiables, en particulier lorsque l'usure reste minimale grâce à un fini de surface approprié de la face d'appui et à la lubrification de la zone de contact lèvre d'étanchéité//face d'appui. Le frottement du joint sur sa surface d'appui et l'augmentation de la température qu'il génère sont un inconvénient et les joints à frottement ne sont donc utiles que jusqu'à certaines vitesses périphériques, en fonction principalement du type de joint et de la rugosité de la face d'appui. Ils sont également plus exposés aux dommages mécaniques, par ex. en raison d'un mauvais montage ou de la présence de contaminants solides. Pour éviter les dégâts dus aux contaminants solides, il est fréquent de placer un joint sans frottement devant le joint à frottement pour le protéger.
SKF logo