Joints frottants

Les joints frottants (fig. 1) sont généralement très fiables. Leur efficacité dépend toutefois d'un certain nombre de facteurs, notamment :
  • le type de joint
  • le matériau du joint
  • la pression de contact
  • la finition de surface de la face d'appui du joint
  • l'état de la lèvre d'étanchéité
  • la présence de lubrifiant entre la lèvre d'étanchéité et la face d'appui
La pression de contact (fig. 1) peut être produite par l'un des éléments suivants :
  • l’élasticité du joint résultant des propriétés d’élasticité de la matière du joint (a)
  • le serrage approprié entre le joint et sa surface de glissement (b)
  • une force exercée par un ressort de retenue intégré dans le joint (c)
Le frottement du joint sur sa surface de contact peut générer une quantité de chaleur considérable. Ces joints frottants ne sont donc utilisables que jusqu’à certaines vitesses périphériques. Ils sont également susceptibles de subir des détériorations mécaniques, résultant par exemple, d’un montage incorrect ou de la présence d’impuretés. Pour éviter la pénétration de celles-ci, un joint sans frottement est souvent placé en avant du joint à frottement, qui se trouve ainsi protégé.
SKF logo