Rétention de l’huile

Les huiles de lubrification, en particulier celles à faible viscosité, sont bien plus difficiles à retenir que les graisses. En conséquence, l'utilisation de joints radiaux à ressort HMS5 ou CRW1 (fig. 1 et fig. 2) est recommandée pour que la charge radiale et la résistance soient suffisantes pour lutter contre le faux-rond dynamique et le défaut d'alignement entre l'arbre et l'alésage et obtenir ainsi des performances d'étanchéité satisfaisantes.
Les joints HMS5 standard sont munis d'une lèvre droite tandis que les joints CRW1 sont conçus avec des lèvres SKF WAVE pour une plus grande capacité de pompage, quelque soit le sens de rotation de l'arbre (fig. 3). Une autre manière d'augmenter la capacité de pompage d'un joint est d'ajouter une composante hélicoïdale, c'est à dire des caractéristiques hydrodynamiques à la lèvre d'étanchéité, dès la conception.
Le diamètre extérieur en caoutchouc, comme celui des joints HMS5, aide à compenser les petites imperfections à la surface de l'alésage du logement et est donc recommandé lorsque cette surface est douteuse.
Dans des conditions de fonctionnement extrêmes, où les vitesses périphériques sont relativement basses, les joints mécaniques, comme les joints HDDF (fig. 4), peuvent être utilisés pour la rétention de l'huile ou de la graisse.
Les joints V-ring (fig. 5) peuvent également être utilisés pour retenir l'huile, à condition qu'ils soient installés côté huile et appuyés axialement sur l'arbre.
SKF logo