Lubrification

Pour qu'un joint radial assure une étanchéité parfaite sur une longue période, il est nécessaire d'en lubrifier la lèvre. Cela permet de diminuer le frottement et l'usure de la lèvre d'étanchéité et de l'arbre. Le fonctionnement à sec des lèvres d'étanchéité en matériaux standard doit systématiquement être évité. Pour empêcher le fonctionnement à sec, la surface d'appui doit être recouverte du lubrifiant approprié avant l'installation du joint.
Ce lubrifiant ne doit pas seulement lubrifier la lèvre d'étanchéité pour diminuer le frottement et l'usure mais également dissiper la chaleur générée par le joint. Pour favoriser la dissipation thermique, une quantité suffisante de lubrifiant doit pouvoir atteindre la lèvre d'étanchéité dès le démarrage.
Certains types de roulements, comme les roulements à billes à contact oblique, les roulements à rouleaux coniques et les butées à rotule sur rouleaux, de même que les engrenages, génèrent une action de pompage de par leur conception même. De ce fait, la lèvre d'étanchéité peut être lubrifiée de manière insuffisante ou, au contraire, de manière excessive. Dans les deux cas, des mesures doivent être prises dès la conception pour s'assurer que la quantité correcte de lubrifiant arrive à la lèvre d'étanchéité, car le manque ou l'excès peuvent tous deux avoir une incidence négative sur les performances du joint.
Des canaux de lubrification peuvent être installés pour pallier le manque de lubrifiant. Si les quantités de lubrifiant arrivant au joint sont excessives, un déflecteur peut être installé entre le roulement et le joint.
Dans les applications où la lèvre d'étanchéité n'est pas exposée à un lubrifiant, par exemple lorsque deux joints sont montés en tandem, la graisse ou l'huile doit être fournie de manière indépendante pour lubrifier la lèvre. Dans certains cas, un remplissage initial de graisse entre deux lèvres peut se révéler suffisant.
SKF logo